L’éthique et les relations publiques – Transcanada et l’astroturfing

Bad_Reviews_Stop_Astroturfing

Avant le dévoilement par Greenpeace de la stratégie de relations publiques de Transcanada, plusieurs de mes connaissances ont additionné un nouveau mot à leur vocabulaire: l’astroturfing.   Étrangement, ce n’est pas parce qu’on n’en parlait pas que le phénomène est nouveau.  Wal Mart, Sony, Bixi, Vichy, etc. ont déjà utilisé ces méthodes de « relations publiques » douteuses.

Sophie Boulay (2012) en a fait sa thèse de doctorat.  Dans le résumé de ses recherches, on peut lire:

« L’astroturfing est une stratégie de communication dont la source réelle est occultée et qui prétend à tort être d’origine citoyenne. Il s’agit d’une stratégie trompeuse, puisqu’elle modifie sa source et ment sur son origine réelle. Bien que l’astroturfing s’inscrive en faux par rapport à la communication démocratique idéale, il en est peu fait mention dans la littérature scientifique, qui n’offre ni cadre théorique pouvant expliquer l’astroturfing, ni définition, ni portrait holistique du phénomène. Notre thèse explore l’astroturfing en présentant un portrait le plus fidèle possible de ce phénomène, puis réfléchit à l’impact qu’il peut avoir dans nos sociétés. »

Option consommateur, aussi en 2012, a publié un rapport de recherches sur le flog et l’astroturfing. Voici les conclusions du rapport:

« Les phénomènes du flog et de l’astroturf sont relativement répandus : des exemples viennent même de grandes entreprises.
-À l’heure actuelle, aucun outil ne peut détecter ces pratiques. Pour reconnaître le flog et l’astroturf, il faudrait donc, chaque fois, mener une enquête de longue haleine.
-Les États-Unis et le Royaume-Uni ont réglementé ces pratiques; le Canada, quant à lui, a adopté une loi qui n’a pas encore été mise en vigueur. La seule loi applicable actuellement est celle concernant la publicité fausse ou trompeuse.
-Au Canada, il n’y a pas de jurisprudence en matière de flog ou d’astroturf. Il n’existe, au Canada, aucun procédé formel de traitement externe des plaintes; aucun organisme ne s’occupe spécifiquement de cela. »

A propos Patricia M Gagné

Stratège en communications traditionnelles et numériques Conférencière: enjeux relatifs à la présence des jeunes sur le Web (vie privée et réputation)
Cet article, publié dans Relations publiques, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’éthique et les relations publiques – Transcanada et l’astroturfing

  1. Ping : Vigilance quant aux possibles tromperies sur les réseaux sociaux | La communication qui parle!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s