Rapport sur les tendances 2018 – Fonds des médias du Canada

Nous voilà déjà rendus beaucoup plus loin que l’autoroute de l’information dont nous parlions tant dans les années 1980: technologie, intelligence artificielle et robotisation teintent désormais toutes les sphères de l’activité humaine, et ce n’est qu’un début!

Lorsque j’étais étudiante à la maîtrise en communications socionumériques en 2013, j’ai pu constater deux grands courants scientifiques quant à cette nouvelle ère:  ceux qui croient que nous sommes collectivement aliénés par ces émergences, et de l’autre côté, ceux qui plaident en faveur de l’émancipation de l’humain.

Relire l’oeuvre de Asimov nous donne aujourd’hui la chair de poule.  Pour bien comprendre la contextualisation de l’intelligence artificielle aujourd’hui, il faut entendre Yoshua Bengio, la star mondiale de celle-ci, qui donnait une entrevue récemment, aux Francs-tireurs.

Voici des tendances que les professionnels de l’industrie des communications ne peuvent plus ignorer:

  • Les splinternets: un casse-tête pour la distribution numérique des contenus
  • Blockchain : une technologie qui a le vent dans les voiles – premières applications dans le secteur des médias
  • Agent conversationnel (chatbot) : les expériences interactives s’invitent dans les applications de messagerie
  • Réalité augmentée les géants du web veulent stimuler son adoption par les consommateurs en donnant des outils aux développeurs d’applis mobiles
  • Streamers: utiliser les données pour gérer la croissance de sa chaîne
  • Reconnaissance vocale et activation par la voix : les entrées vocales simplifient les recherches et rehaussent l’accessibilité
  • Baladodiffusion : très prisée, la diffusion de contenus audio en ligne joue un rôle grandissant dans le secteur de l’audiovisuel.
  • L’écoute binaurale : une technologie incontournable pour diriger l’attention et accentuer l’immersion 
  • Ad blocking : pour contrer le blocage, la pub doit mieux s’intégrer à l’expérience utilisateur
  • Programmatique : la programmatique à heure de grande écoute

 

En conclusion, je vous laisse avec celle du rapport car je ne pourrais dire plus et mieux:

La question n’est pas tant de choisir son camp parmi les « optimistes » ou les « pessimistes ».

La question qui se pose en conclusion de ce rapport est plutôt :  Comment peut-on demeurer réalistes, critiques, vigilants et confiants qu’en tant que créateurs, producteurs ou diffuseurs de contenus, nous avons un rôle à jouer dans ce marché mondialisé des contenus? 

 

A propos Patricia M Gagné

Stratège en communications traditionnelles et numériques Conférencière: enjeux relatifs à la présence des jeunes sur le Web (vie privée et réputation)
Cet article, publié dans Analyse, Éducation et nouvelles technologies, Évaluation, Communications interactives, Modes de communication, Numérique, Publicité, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s