Un site Web, est-ce un passage obligé pour obtenir une visibilité sur Internet?

Récemment, j’ai partagé un billet paru dans la Revue Gestion car je considérais les propos d’intérêt et la question du choix des plateformes de visibilité plus que pertinente!  Ainsi, l’univers de la promotion a été fortement métamorphosé dans les vingt dernières années.

Je suis du même avis que l’auteur, mais je rajouterais au oui, un « ça dépend ».

Avant de prendre une décision de choix de plateformes, il faut se poser au moins ces quelques questions suivantes :

√ Est-ce que mes clients ciblés œuvrent dans un  domaine spécialisé?

√ Quel est le profil de ma clientèle tout court, et en termes de fréquentation en ligne?

√ Quel est mon environnement compétitif?  Où les joueurs sont-ils visibles?

√ Ai-je l’expertise pour gérer ma présence en ligne, ou est-ce que j’ai une ressource pour bien me supporter?

√ Quel a été le RSI de mes dernières campagnes traditionnelles?

√ Est-ce que votre site actuel est performant dans l’écosystème de votre présence en ligne?  Est-il « actuel » ou date des bonnes vieilles innovations de 1997?

Sachez qu’il est très possible de vendre en ligne sans posséder un site Web.

Il existe plusieurs solutions indirectes pour vendre :

A) Vente sur des places de marché (plateformes de vente)

– via une plateforme électronique d’un intermédiaire (ex : eBay)

– sur une bourse électronique

– sur une plateforme ouverte « multi-vendeurs » de grands cyber-commerçants (ex : Amazon, Pixmania,…)

B) Vente “déléguée” complètement auprès d’un sous-traitant spécialisé

C) Vente “flash” auprès de sites privés de déstockage ou de sites de souscription de commande groupée

D) Vente sur “sa” boutique hébergée sur une plateforme accessible en mode « SaaS »

Une bonne solution (entièrement québécoise!) vous permettant de vendre en ligne (et sur Facebook!) facilement tout en restant concentré sur votre entreprise est www.panierdachat.com

Vous pouvez ajouter l’onglet Boutique sur votre page Facebook. Ceci  vous permettra de vendre vos produits à des personnes directement à partir de votre Page. À noter que l’utilisation est entièrement gratuite.

Avant de prendre la décision finale concernant votre exposition en ligne, il faut aussi prendre en considération que vos données ne vous appartiendront pas nécessairement…  Relisez les conditions d’utilisation des plateformes comme Facebook.

N’hésitez pas à bonifier par vos réflexions!

Publié dans Analyse, Communications interactives, Création, Modes de communication, Publicité, Référencement | Tagué , , , | 1 commentaire

Google et TechSoup pour les organismes sans but lucratif (OSBL)

Ainsi, ils peuvent bénéficier des offres et de l’assistance pour :

Google Ad Grants : il s’agit d’annonces AdWords gratuites pour faire la promotion du site Web en ciblant des mots clés

Programme YouTube pour les organismes sans but lucratif : ici, cela consiste à pouvoir bénéficier de l’accès à des services pour accroître le rayonnement de votre organisme sur YouTube.

Google Apps pour les organismes sans but lucratif : version gratuite de la suite de productivité d’entreprise Google Apps, incluant notamment Gmail, Google Documents et Google Agenda.

Au Canada, les organismes doivent être inscrits auprès de TechSoup Canada, le partenaire régional de TechSoup Global et aussi comme organisme fédéral de bienfaisance, organisme fédéral sans but lucratif, ou organisme provincial sans but lucratif.  Les autres critères d’éligibilité sont ici.

TechSoup est un organisme canadien qui gère un programme de  don technologique qui est offert aux organismes de bienfaisance, aux organismes sans but lucratif et aux bibliothèques admissibles des produits technologiques donnés ou à prix réduit pour des frais d’administration qui sont généralement de l’ordre de 90% moins cher par rapport à la valeur du marché.

Cette vidéo explique le processus:

Ici,  vous trouverez une FAQ complète concernant Google pour les organismes sans but lucratif.

Publié dans Communications interactives, Impact, Publicité, Référencement | Tagué , , | Laisser un commentaire

Des changements à venir à la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP)

Rappelons que la Loi, en force depuis le 1er juillet 2014, prévoyait que les dispositions relatives aux sanctions et recours seraient effectives dès le 1er juillet 2017.

Cette loi souhaite restreindre, de manière générale, l’envoi de courriels de nature commerciale aux personnes et aux entreprises au Canada sans leur consentement.

Un message électronique commercial (MÉC) est tout message qui favorise la participation à une activité commerciale. Aucun type d’organisation, y compris les organismes de bienfaisance et les organisations à but non lucratif, ne peut se soustraire à la loi canadienne anti-pourriel.  Si vous utilisez les canaux électroniques pour promouvoir ou commercialiser votre organisation, vos produits ou vos services, la nouvelle loi canadienne anti-pourriel pourrait s’appliquer à vous.

La LCAP ne s’applique pas aux :

  • activités non commerciales;
  • communications vocales, facsimilés ou enregistrements de la parole (appels automatisés);
  • messagerie de diffusion, notamment les tweets et les billets

Les consentements ne sont pas requis dans les cas suivants :

– Demandes d’un prix ou d’une estimation

– Messages qui facilitent ou confirment des transactions

– Messages qui donnent des renseignements en matière de garantie , de rappel, de sécurité

– Messages qui fournissent des renseignements à l’égard de ce qui suit:

  • l’utilisation ou l’achat par les personnes
  • l’abonnement, l’adhésion, le compte, le prêt ou autre relation
  • le statut d’employé des personnes ou les régimes de prestations

Messages au moyen desquels sont livrés des biens ou des services, y compris des mises à jour ou des mises à niveau

NOTA : Ces types de messages doivent comporter des renseignements d’identification et un mécanisme de désabonnement.

Un communiqué publié récemment nous apprenait que « Le gouvernement du Canada suspend l’application de certaines dispositions de la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP) en réponse à des préoccupations générales soulevées par des entreprises, des organismes de bienfaisance et des groupes sans but lucratif. »

Ces dispositions auraient permis aux particuliers et aux organisations prétendant être touchés par tout acte ou omission constituant une contravention à l’un des articles 6 à 9 de la Loi canadienne anti-pourriel d’intenter un recours contre l’auteur présumé de cette violation en demandant au tribunal de rendre une ordonnance à l’endroit de l’expéditeur.

Source : http://fightspam.gc.ca/eic/site/030.nsf/fra/accueil

Publié dans Communications interactives, Courriel | Tagué , | Laisser un commentaire

Comment hausser le rayonnement de votre page entreprise sur Facebook

Facebook cube
Cibler vos publications et vos publicités

Je recommande un ciblage de toutes vos publications, autant celles que vous payez que les autres. Ainsi, vous pouvez choisir la langue, la position géographique, le sexe, les centres d’intérêt, par exemple.
Pour bien réaliser cette opération, prenez le temps d’étudier le profil des personnes et des entreprises qui aiment votre page.

Caractéristiques de la plupart des publications qui génèrent de l’engagement (plus grande portée organique et payée)

√ Elles contiennent des photos et des vidéos

√ Des personnes et entreprises ont été identifiées : la visibilité devient rapidement exponentielle. Attention : si vous publiez via une plateforme de gestion comme Hootsuite, l’identification est impossible.

√ Elles présentent du contenu en temps réel : utilisez, si cohérent avec votre plan stratégique, la vidéo en temps réel

√ Elles sont publiées assez fréquemment (2 par jour en moyenne) et en variant les horaires : attention de trouver un équilibre entre du contenu de qualité et une bonne fréquence. Il n’y a pas de recettes à suivre en termes de nombres : vous connaissez vos propres ingrédients. Suivez votre intuition aussi, en plus d’analyser régulièrement le comportement des personnes qui vous suivent.

Autres gestes à poser!

√ Bien compléter la section À propos : parler de qui vous êtes, ce que vous offrez et votre valeur ajoutée

√ Aussi, lier vos autres comptes à votre page: Instagram, Twitter, SnapChat, YouTube, LINE, WeChat, Pinterest, Kik.

√ Organiser des événements et les publier : il s’agit d’une manière puissante de vous créer du rayonnement!

Vous avez d’autres propositions?

Publié dans Analyse, Communications interactives, Modes de communication, Numérique, Publicité | Tagué , , | Laisser un commentaire

L’Inbound marketing, vous connaissez?

businessman-2056031_960_720

Jusqu’à il y a une dizaine d’années, le marketing se résumait souvent aux 4 P (prix, place, produit, promotion) qui, en principe, devait définir toute stratégie réussie pour rejoindre le client.

Aujourd’hui, on parle davantage de Inbound marketing: il s’agit des moyens utilisés pour que le client se rende lui-même vers les sites numériques d’un marchand, d’un organisme, d’une association, etc.

Il se définit généralement par 5 actions à mener:

  • la gestion des blogues ;
  • l’analyse des comportements des internautes;
  • l’ensemble des contenus publiés sur Internet, appelé le « content management » ;
  • les actions de référencement ;
  • l’animation des communautés dans les réseaux sociaux .

Cette stratégie devra permettre aisément aux clients ciblés de se rendre vers les lieux numériques où se retrouvent les produits et/ou services dont il a besoin.  Une fois l’itinéraire réalisé, il s’agira de générer des conversions, soit un achat ou un formulaire rempli, par exemple.  Ensuite, avec la permission du client, des actions permettant de le fidéliser seront planifiées.

J’ai résumé (vraiment beaucoup) la digitalisation du commerce et les processus.  Si vous souhaitez approfondir, je vous recommande ce livre blanc « Digitalisation de la fonction commerciale » sous la direction de Guy Keckhut, Pierre Guépet et Maria-Beatriz Salgado.

Bonne lecture!

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire